Est-ce vrai que la circoncision limite la transmission du VIH ?

vendredi 25 juillet 2014
par  Dr Phil
popularité : 100%

VRAI : la circoncision semble réduire d’environ 50 % le risque de contamination de l’homme par le VIH. Le bénéfice pour les partenaires féminines est en revanche plus hypothétique et certainement bien plus faible.
Le préservatif reste le moyen le plus efficace de se protéger, hélas son usage n’est pas suffisamment répandu, notamment en Afrique, et cette information est donc importante à prendre en compte.

Plusieurs études randomisées, menées chez un grand nombre de patients, ont démontré le rôle protecteur de la circoncision contre la transmission sexuelle du VIH chez l’homme.
Une étude sud-africaine, dans laquelle 3 274 hommes âgés de 18 à 24 ans ont été randomisés pour subir une circoncision immédiate (n = 1 617) ou différée (n = 1 657) a été arrêtée prématurément après qu’une analyse intermédiaire ait montré une réduction de 60 % du risque de contamination du VIH grâce à la circoncision.
Dans une étude randomisée menée au Kenya, Bailey et coll. ont trouvé des résultats similaires. Cette réduction du risque atteint 60 % chez les hommes ayant été circoncis.
Gray et coll. dans leur essai réalisé en Ouganda retrouvent également des résultats très proches.
Toutes ces études ont été interrompues prématurément après une analyse intermédiaire qui a montré une efficacité supérieure significative de la circoncision : une fois le bénéfice de la circoncision clairement établit, il n’était en effet plus étique de différer la circoncision des hommes inclus dans le groupe "témoin".

Le bénéfice chez les femmes partenaires semble faible sinon inexistant : une méta-analyse publiée en 2009 dans le Lancet montre une tendance à un moindre risque d’être infecté chez les femmes partenaires d’un homme circoncis, mais les résultats statistiques sont peu nets (Risque Relatif risque relatif Le risque relatif (RR) ou hazard ratio (HR) est une mesure statistique qui compare le risque de survenue d’une maladie (ou autre événement) entre deux groupes différents, par exemples exposés ou non à un facteur de risque ou à un médicament.
Un RR inférieur à 1 indique une diminution du risque (0,8 signifie -20%)
Un RR supérieur à 1 indique une augmentation du risque (1,3 signifie + 30%)

Par exemple l’exposition régulière aux UV solaires est associée à un RR de 0,88 (IC95% = 0,82-0,96) de cancer du côlon, soit une diminution de 12 %.

A ne pas confondre avec le risque absolu ou l’odds ratio.
0.80, 95% CI IC95% L’intervalle de confiance à 95% (IC95%) est un intervalle de valeurs qui a 95% de chance de contenir la vraie valeur du paramètre estimé. Pour faire simple, si un résultat d’une étude donne le chiffre 4,5 (estimation ponctuelle) avec un IC95% = 1,3-9,6 on voit qu’en fait la "vraie" valeur se situe dans une fourchette très large puisque le résultat a statistiquement autant de chance d’être 1,3 que 9,6. ! La fourchette de valeurs de l’IC95% est donc ESSENTIELLE pour juger d’un résultat communiqué dans une étude. Par exemple, un risque relatif de 1,2 pourrait signifier un risque accru de 20%, mais si l’IC 95% est 0,9-1,3, alors 0,9 a autant de chance d’être la vraie valeur que 1,3 ! C’est une erreur TRES fréquente des journalistes, mais aussi parfois de certains scientifiques que d’oublier l’IC95% et de se tromper dans l’interprétation d’un résultat. 0.53-1.36).
Une étude, dont les résultats ont été communiqués en 2014 à l’AIDS Conference, indique qu’il y aurait également un bénéfice de la circoncision des hommes pour les femmes, avec une diminution du risque qui serait de 20 %.

La circoncision peut s’avérer utile dans certaines populations ayant peu accès au préservatif, à condition qu’elle n’encourage pas les comportements sexuels à risque et qu’elle soit acceptée par ces populations. En matière de prévention de l’infection VIH, il n’y a pas de recette miracle et la réflexion sur la circoncision doit s’inscrire dans une stratégie globale incluant les conseils, le préservatif, le dépistage,… Mais c’est un vaste sujet qui dépasse l’objet de ce site.


Niveau de certitude : ELEVE

Sources :

Newell ML, Bärnighausen T. Male circumcision to cut HIV risk in the general population. Lancet 2007 ; 369 : 317-318.

Bailey R et coll. Male circumcision for HIV prevention in young men in Kisumu, Kenya : a randomised controlled trial. Lancet 2007 ; 369 : 643-656.

Gray R et coll. Male circumcision for HIV prevention in men in Rakai, Uganda : a randomised trial. Lancet 2007 ; 369 : 657-666.

Weiss HA, Hankins CA, Dickson K. Male circumcision and risk of HIV infection in women : a systematic review and meta-analysis. Lancet Infect Dis. 2009 Nov ;9(11):669-77.

HIV incidence among women is associated with their partners’ circumcision status in the township of Orange Farm (South Africa) where the male circumcision roll-out is ongoing (ANRS-12126). 20th international AIDS Conference, Melbourne, 20-25 juillet 2014, abstract n° FRAE0105LB
K. Jean1, P. Lissouba1, D. Taljaard2, R. Taljaard3, B. Singh4, J. Bouscaillou1, G. Peytavin5, R. Sitta6, S.G. Mahiane7, D. Lewis4,8, A. Puren4,8, B. Auvert1,9,10
1INSERM, UMRS-1018, CESP, Villejuif, France, 2CHAPS, Johannesburg, South Africa, 3Progressus, ohannesburg, South Africa, 4National Institute for Communicable Diseases, Centre for HIV and STIs, Johannesburg, South Africa, 5Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Hôpital Bichat - Claude-Bernard, Paris, France, 6University of Bordeaux-2, Bordeaux, France, 7The Johns Hopkins University School of Public Health, Baltimore, United States, 8University of the Witwatersrand, Faculty of Health Sciences, Johannesburg, South Africa, 9University of Versailles-Saint Quentin, UMRS-1018, Villejuif, France, 10Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Hôpital Ambroise Paré, Boulogne, France


Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique