Est-ce vrai que les femmes enceintes doivent plutôt dormir sur le côté gauche ?

dimanche 26 août 2012
par  Dr Phil
popularité : 100%

Réponse : Ce n’est probablement vrai que pour une minorité de femmes. Celles qui ont vraiment un problème avec la position allongée sur le dos au point de se sentir mal se mettront naturellement sur le côté pour se sentir mieux. Tout est question de bon sens et de confort, mais il n’y a pas de raison scientifique pour imposer le "décubitus gauche" à toutes les femmes.

Les femmes le savent : il y a des positions plus ou moins confortables pour dormir quand on est enceinte, surtout vers la fin de la grossesse.
Dans certains cas, heureusement rares, les femmes enceintes ressentent une gêne voire une sensation de malaise quand elles sont allongées sur le dos. Ce malaise peut aller jusqu’au "syndrome de choc postural" avec chute de la tension artérielle chez certaines femmes enceintes.

L’explication est probablement d’origine anatomique : la veine cave inférieure, qui draine la partie inférieure du corps, est située un peu sur la droite, devant notre colonne vertébrale. L’utérus, dont le volume est considérablement augmenté lors de la grossesse, est susceptible d’augmenter la pression dans l’abdomen, voire d’exercer une pression sur cette veine, gênant ainsi le retour du sang. La logique veut que dormir sur le dos ou sur le côté droit favoriserait davantage cette pression (puisque la veine cave et sur la droite), et que dormir sur le côté gauche pourrait en limiter l’effet.

Les études scientifiques semblent confirmer cette hypothèse. Jeffreys RM et coll. ont publié en 2006 (1) les résultats d’une étude expérimentale mesurant différents paramètres sanguins (cardiaques et utérins) chez des femmes enceintes entre 29 et 38 semaines d’aménorrhée, allongées sur le dos, puis sur le côté gauche. Les résultats montrent que la position allongée sur le dos s’accompagne d’une diminution du flux sanguin utérin.

Une étude publiée en 2011 par des cardiologues (2) a exploré le coeur (volume et fonction) par IRM chez des femmes enceintes (six à mi-grossesse et huit en fin de grossesse) et non-enceintes (cinq femmes). Les mesures cardiaques ont été effectuées en position allongée sur le dos et en position latérale gauche. Alors que chez les femmes non-enceintes il n’y a pas de changement cardiaque notable entre les deux positions, les résultats montrent pour les femmes enceintes une différence claire entre les deux positions et ce d’autant plus que la grossesse est avancée, mais le phénomène est déjà marqué à 20 semaines d’aménorrhée. Les auteurs observent une diminution du retour veineux et de certains paramètres cardiaques en position allongée sur le dos, et une amélioration en position latérale gauche. Ils concluent que la position latérale gauche à des effets positifs sur la fonction cardiaque de la femme enceinte.

Mais la circulation du foetus en est-elle affectée ? Des gynécologues japonais (3) ont réalisé des mesures échographiques et doppler chez 90 femmes enceintes (24 à 27 semaines). Les résultats montrent que si la circulation maternelle est changée par la position sur le dos (compression de la veine cave et diminution du flux sanguin utérin), la circulation sanguine du foetus n’est pas affectée (pas de modification du flux de l’artère ombilicale). Lors de l’accouchement, l’étude des paramètres foetaux (4) montre que la saturation en oxygène du sans foetal n’est que modestement influencée par la position allongée de la mère (légère diminution sur le dos par rapport au côté gauche), sauf si la mère présente un syndrome postural (dans ce cas l’oxygénation foetale peut chuter significativement) (4,5).

Pour être exhaustif, il faut citer cette étude parue dans le British Journal of Medicine (6), qui évoque une possible augmentation du risque d’enfant mort-né si la femme dort sur le dos ou le côté droit. Cette étude cas-contrôle a comparé les positions de sommeil (avant et pendant la grossesse) de 155 femmes ayant accouché d’un enfant mort et de 310 femmes "contrôles". Selon les résultats, le risque d’enfant mort-né passerait de 1,96/1000 chez les femmes ayant dormi sur la gauche la nuit avant l’accouchement à 3,93/1000 chez les autres. C’est la première fois qu’une telle observation est faite, et comme toujours il faut prendre ce résultat avec prudence et d’autres études sont nécessaires pour confirmer ce résultat et surtout pour établir un lien de cause à effet.

Enfin, il faut souligner que la femme n’est pas désarmée sur le plan cardiovasculaire pour faire face à la grosse et à ses exigences : sa fréquence et son débit cardiaques augmentent, le retour veineux est augmenté et les résistances vasculaires périphériques diminuées (7) . La nature n’est probablement pas si mal faite et, si le fait de dormir sur le dos ou le côté droit suffisait à mettre en péril la mère et le futur enfant, il est probable que l’espèce humaine se serait éteinte depuis longtemps ou que la sélection naturelle aurait fait pousser une béquille aux femmes.

Alors, que conclure de toutes ces données complexes et contradictoires ?

Je reprendrai la conclusion de deux gynécologues canadiens (8) qui, sans doute un peu agacés de tous ces sites internet qui "imposent" aux femmes enceintes de dormir sur le côté gauche, ont fait leur propre analyse des études sur le sujet :

"En conclusion, conseiller aux femmes enceintes de dormir ou de se coucher exclusivement sur le côté gauche n’est pas pratique et est sans intérêt pour la grande majorité des femmes. Au lieu de cela, il faut plutôt informer les femmes enceintes qu’une petite minorité d’entre-elles peuvent se sentir mal quand elles sont couchées à plat sur le dos. Les femmes peuvent facilement déterminer si cette position a cet effet sur eux, et la plupart adopteront alors spontanément une position confortable qui est susceptible d’être une position couchée sur la gauche. Comme les femmes enceintes en bonne santé ont souvent besoin de plus d’oreillers que les patientes non-enceintes cardiaques, et comme trouver une position confortable dans le lit en fin de grossesse n’est pas facile, les médecins doivent s’abstenir de donner des conseils irréalisables."


Niveau de certitude : MOYEN

Références :

(1) Jeffreys RM, Stepanchak W, Lopez B, Hardis J, Clapp JF 3rd. Uterine blood flow during supine rest and exercise after 28 weeks of gestation. Br J Obstet Gynaecol 2006 ;113:1239-47.

(2) Rossi A, Cornette J, Johnson MR, Karamermer Y, Springeling T, Opic P, Moelker A, Krestin GP, Steegers E, Roos-Hesselink J, van Geuns RJ. Quantitative cardiovascular magnetic resonance in pregnant women : cross-sectional analysis of physiological parameters throughout pregnancy and the impact of the supine position. J Cardiovasc Magn Reson. 2011 Jun 27 ;13:31.

(3) Ryo E, Okai T, Kozuma S, Kobayashi K, Kikuchi A, Taketani Y. Influence of compression of the inferior vena cava in the late second trimester on uterine and umbilical artery blood flow. Int J Gynaecol Obstet. 1996 Dec ;55(3):213-8.

(5) Carbonne B, Benachi A, Lévèque ML, Cabrol D, Papiernik E. Maternal position during labor : effects on fetal oxygen saturation measured by pulse oximetry. Obstet Gynecol. 1996 Nov ;88(5):797-800.

(6) Stacey T, Thompson JM, Mitchell EA, Ekeroma AJ, Zuccollo JM, McCowan LM. Association between maternal sleep practices and risk of late stillbirth- a case-control study. BMJ. 2011 Jun 14 ;342-d3403.

(7) Hunter S, Robson SC. Adaptation of the maternal heart in pregnancy. Br Heart J. 1992 Dec ;68(6):540-3.

(8) Farine D, Seaward PG. When it comes to pregnant women sleeping, is left right ? J Obstet Gynaecol Can. 2007 Oct ;29(10)-841-2.


Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique