Est-ce vrai que les femmes qui ont des tatouages au bas du dos ne peuvent pas avoir de péridurale ?

samedi 9 juin 2012
par  Dr Phil
popularité : 100%

Réponse : c’est faux, elles peuvent avoir une péridurale. Cependant on manque de recul sur les dangers potentiels liés à l’insertion de l’aiguille directement à travers une zone tatouée et la prudence reste de mise. Seul l’anesthésiste saura vous conseiller en fonction de votre situation

Le "body art" est très en vogue, et de nombreuses jeunes femmes se font tatouer le bas du dos. En raison de la position de ces tatouages et comme elles sont en âge de procréer, elles font rapidement le lien avec la péridurale qui doit piquer juste à l’endroit du tatouage :

  • "est-ce que l’anesthésiste va bien "voir" où il pique ?"
  • "que devient l’encre, est-ce qu’elle est entraînée par l’aiguille jusque dans mon liquide céphalo-rachidien ?"
  • "y-a-t-il un risque d’infection ?"

On lit tout et son contraire sur les forums féminins : des témoignages de femmes, des "témoignages" d’étudiants sage-femme qui "jurent" soit qu’il y a un risque, soit que c’est une légende.
On lit même des témoignages de dermatologues qui annoncent à leurs patientes qu’elles ne pourront pas avoir de péridurale (mon avis personnel est que ces dermatologues règlent ainsi leur compte vis-à-vis d’une pratique qu’ils réprouvent - le tatouage - mais n’ont pas forcément les preuves de ce qu’ils avancent).

Pour se faire une idée un peu plus objective, il vaut mieux se pencher sur des études et des publications scientifiques, généralement un peu plus étayées que des "on m’a dit que" et des "dans mon cas, ça s’est passé comme ça".

Voici ce qu’il faut savoir

Qu’est-ce que la péridurale ?

La péridurale consiste à injecter à proximité des nerfs un produit anesthésiant. Avec une aiguille qu’on pique entre deux vertèbres lombaires (du bas du dos), on introduit un cathéter dans l’espace péridural (espace entourant la dure-mère) permettant la diffusion du produit actif. Cette injection ne concerne donc ni la moelle épinière (à cet endroit il n’y a pas de moelle épinière) ni le liquide céphalo-rachidien (puisqu’on injecte dans l’espace autour de la membrane qui renferme ce liquide).

Il existe certaines contre-indications à la péridurale ou plus généralement des précautions à prendre dans certaines situations, par exemple : des troubles de la coagulation (risque de saignement), une infection bactérienne ou virale, des antécédent de chirurgie rachidienne,…

Qu’est-ce qu’un tatouage ?

Un tatouage consiste à introduire des pigments dans la peau (entre le derme et l’épiderme) à l’aide de fines aiguilles. La profondeur de la piqûre varie de 1 à 4 mm en fonction des types de peau et de la localisation anatomique.

Un tatouage peut-il transmettre une infection ?

Oui, le risque infectieux existe. Il peut être lié à un manque d’asepsie des instruments, mais aussi à l’encre elle-même. Une étude parue dans le New England Journal of Medicine (7) a identifié 19 cas d’infection à une mycobactérie dans un centre de tatouage New-Yorkais. La bactérie était présente dans les flacons d’encre. Donc, même si le tatoueur respecte toutes les règles d’asepsie, cela ne suffit pas à vous garantir de tout risque infectieux. Par ailleurs, il faut considérer que le tatouage introduit des substances étrangères dans votre corps. Ces substances peuvent interagir d’une façon ou d’une autre avec votre organisme, comme en témoignent par exemple les traces de pigments retrouvés dans les ganglions lymphatiques de personnes tatouées (8).

Un tatouage rend-il plus difficile la péridurale ?

Techniquement, la présence d’un dessin n’a pas d’impact sur le geste : le médecin identifie le site de ponction grâce à des repère anatomiques. La présence d’un tatouage n’y change rien.

L’encre du tatouage peut-elle pénétrer lors de la ponction de péridurale ?

Le risque est théoriquement possible : l’aiguille pourrait, en traversant le tatouage, emporter un fragment de tissu comportant le pigment, et l’injecter dans l’espace péridural. (1,2,3)

Le pigment, considéré comme un corps étranger, pourrait, théoriquement, entrainer une réaction inflammatoire ou granulomateuse, elle-même à l’origine de complications neurologiques. (4)

Est-ce qu’on a pu constater des complications ou des effets secondaires liées à la présence d’un tatouage sur la zone de ponction ?

Kuczkowski KM a publié en 2010 (3) une revue de la littérature scientifique sur le sujet. Il conclut que "Les données disponibles ne permettent pas d’identifier les risques spécifiques associés à la pose du cathéter péridural à travers un tatouage au bas du dos, bien que le carottage de tissu et son transport vers les tissus plus profonds soit confirmé. Néanmoins il faut des études complémentaires concernant la pratiques des injections à travers un tatouage. Nous suggérons d’éviter de transpercer un tatouage lors de l’exécution de ponctions péridurales jusqu’à preuve rationnelle de la sécurité à court terme et à long terme de ce geste."

Cette conclusion rejoint celle de Mercier FJ et Bonnet MP, publiée en 2009 (5) qui estiment que "les péridurales ne devraient pas être refusées aux femmes ayant un tatouage lombaire. Cependant, il semble prudent d’éviter de ponctionner directement une zone tatouée*, ou, quand c’est impossible, d’inciser la peau avant d’insérer l’aiguille à travers le tatouage."

* L’anesthésiste peut, en modifiant son geste, piquer dans une zone sans pigment (5) :

  • utiliser un autre espace inter-lombaire
  • piquer légèrement en oblique
  • choisir un point de la peau au sein du tatouage qui soit exempt de pigment.

Dans la pratique, les anesthésistes français semblent partagés sur la conduite à tenir. Selon une enquête parue en 2010 (6) auprès de 55 anesthésistes :

  • 57 % pratiqueraient l’injection péridurale à travers le tatouage
  • 39 % ne le feraient pas, la plupart d’entre eux proposant alors une alternative à la péridurale.

En conclusion : la péridurale semble possible en présence d’un tatouage lombaire, mais seul l’anesthésiste sera apte à prendre la décision et à vous conseiller.


Niveau de certitude : MOYEN

Références :

(1) Douglas MJ, Swenerton JE. Epidural anesthesia in three parturients with lumbar tattoos : a review of possible implications. Can J Anaesth. 2002 Dec ;49(10):1057-60.

(2) Kuczkowski KM. Labor analgesia for the parturient with lumbar tattoos :
what does an obstetrician need to know ? Arch Gynecol Obstet. 2006 Aug ;274(5):310-2.

(3) Welliver D, Welliver M, Carroll T, James P. Lumbar epidural catheter placement in the presence of low back tattoos : a review of the safety concerns. AANA J. 2010 Jun ;78(3):197-201.

(4) Raynaud L, Mercier FJ, Auroy Y, Benhamou D ; SOS ALR. Epidural anaesthesia and lumbar tattoo : what to do ? Ann Fr Anesth Reanim. 2006 Jan ;25(1):71-3. Epub 2005 Dec 28.

(5) Mercier FJ, Bonnet MP. Tattooing and various piercing : anaesthetic
considerations. Curr Opin Anaesthesiol. 2009 Jun ;22(3):436-441.

(6) Sleth JC, Guillot B, Kluger N. Lumbar tattoos and neuraxial anaesthesia in obstetrics : practice survey in Languedoc-Roussillon, France. Ann Fr Anesth Reanim. 2010 May ;29(5):397-401.

(7) Kennedy B, et al. Outbreak of Mycobacterium chelonae Infection Associated with Tattoo Ink. N Engl J Med August 22, 2012 (10.1056/NEJMoa1205114)

(8) Grove, Narine MD ; Zheng, Ma MD ; Bristow, et coll. Extensive Tattoos Mimicking Lymphatic Metastasis on Positron Emission Tomography Scan in a Patient With Cervical Cancer. Obstetrics & Gynecology : July 2015 - Volume 126 - Issue 1 - p 182–185


Commentaires

Logo de MP
mardi 19 juin 2012 à 14h00 - par  MP

Enfin une information claire, bien étayée et qui explique les choses plutôt que d’affirmer sans preuves. Merci.

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique