Fuir le soleil serait aussi néfaste que fumer ?

jeudi 7 avril 2016
par  Dr Phil
popularité : 0%

Une étude Suédoise prospective ayant observé les données de santé d’environ 30 000 femmes pendant plus de 20 ans montre que celles qui s’exposent le plus au soleil sont aussi celles qui vivent le plus longtemps et ont le moins de maladies cardio-vasculaires maladies cardiovasculaires Maladies qui concernent le cœur et les vaisseaux. Exemples : infarctus du myocarde, angine de poitrine, insuffisance cardiaque, hypertension artérielle, artériopathie oblitérante des membres inférieurs, troubles du rythme cardiaque, anévrisme, maladie thrombo-embolique, mort subite (trouble du rythme cardiaque entraînant un arrêt cardio-circulatoire). . Les auteurs ont étudié l’influence de différents comportements et concluent que le fait d’éviter le soleil est associé à un risque accru de décès du même ordre que celui de fumer.
Cette étude a les limites de toute étude observationnelle et donc il ne faut pas tirer de conclusions trop tranchées. Elle vient toutefois ajouter une nouvelle pièce au dossier des relations entre le soleil et la santé, du moins en ce qui concerne cette population de femmes suédoises. Les auteurs ne concluent pas toutefois sur la responsabilité de la vitamine D, de l’exposition aux UV, ou d’un autre facteur pour expliquer ces observations.
Les auteurs, dans la discussion de l’article, pointent également le fait que les écrans solaires sont discutables quand ils sont utilisés pour s’exposer plus longtemps : ceci pourrait expliquer l’augmentation des cas de mélanome. Les campagnes "anti-solaires" auraient donc, selon les commentaires des auteurs, un double effet délétère sur la santé : limiter l’exposition régulière et donc potentiellement augmenter le risque de maladies cardio-vasculaires maladies cardiovasculaires Maladies qui concernent le cœur et les vaisseaux. Exemples : infarctus du myocarde, angine de poitrine, insuffisance cardiaque, hypertension artérielle, artériopathie oblitérante des membres inférieurs, troubles du rythme cardiaque, anévrisme, maladie thrombo-embolique, mort subite (trouble du rythme cardiaque entraînant un arrêt cardio-circulatoire). , et favoriser la surexposition intermittente en faisant croire à tort qu’on peut s’exposer plus longtemps avec les crèmes solaires, augmentant ainsi le risque de cancer cutané.

Il ne s’agit que d’une étude observationnelle, donc il ne faut comme toujours pas s’emballer trop vite, mais si le tabac est à éviter formellement, le soleil, lui, serait probablement à consommer régulièrement (avec modération).


Référence :
Lindqvist PG, Epstein E, Nielsen K, Landin-Olsson M, Ingvar C, Olsson H. Avoidance of sun exposure as a risk factor for major causes of death : a competing risk analysis of the Melanoma in Southern Sweden cohort. Journal of internal medicine. 2016. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26992108


Commentaires